Blog – Lire les derniers articles

septembre 16, 2021Like

PARKINSON : Quand l’α-syn bloque le nettoyage cellulaire

Merci de partager ...FacebookPinterestTwitterLinkedin
Lire plus
septembre 16, 2021Like

SCLÉROSE en PLAQUES : Mieux détecter le cluster de symptômes

Merci de partager ...FacebookPinterestTwitterLinkedin
Lire plus
septembre 16, 2021Like

COVID-19 : Le vaccin Moderna protège au moins 6 mois

Merci de partager ...FacebookPinterestTwitterLinkedin
Lire plus
septembre 16, 2021Like

ÉPILEPSIE : La réponse est peut-être dans la microglie

Merci de partager ...FacebookPinterestTwitterLinkedin
Lire plus
septembre 16, 2021Like

MUCOVISCIDOSE : La trithérapie efficace et sûre même pour les formes rares

Merci de partager ...FacebookPinterestTwitterLinkedin
Lire plus
septembre 16, 2021Like

THÉRAPIE GÉNIQUE : Une protéine humaine vecteur de médicaments moléculaires ?

Merci de partager ...FacebookPinterestTwitterLinkedin
Lire plus
septembre 16, 2021Like

ENDOMÉTRIOSE : Découverte d’un gène de susceptibilité

Merci de partager ...FacebookPinterestTwitterLinkedin
Lire plus
septembre 16, 2021Like

LOCUS COERULEUS : Un centre clé de l’apprentissage ?

Merci de partager ...FacebookPinterestTwitterLinkedin
Lire plus
septembre 16, 2021Like

MALADIE CARDIOVASCULAIRE : Prendre en compte en clinique la forte composante génétique

Merci de partager ...FacebookPinterestTwitterLinkedin
Lire plus
septembre 16, 2021Like

MALADIE CARDIOVASCULAIRE : Prendre en compte la forte composante génétique

Merci de partager ...FacebookPinterestTwitterLinkedin
Lire plus
juillet 8, 2021Like

COVID-19 : Stopper les « mauvaises » cellules T

Ces scientifiques de l’Institut Gladstone de l’Université de Californie San Francisco (UCSF) et de l’Université Emory (Géorgie) viennent d’identifier des signatures de lymphocytes T qui peuvent contribuer à expliquer pourquoi certaines personnes développent un COVID-19 sévère et meurent tandis que d’autres personnes se rétablissent facilement. Ces caractéristiques des cellules T qui distinguent les cas mortels des cas non mortels de COVID-19, documentées dans les Cell Reports, confirment à nouveau le rôle déterminant des cellules T dans la réponse immunitaire contre
Lire plus
juillet 8, 2021Like

MIGRAINE : Ils décryptent ses facteurs épigénétiques

Cette étude australienne menée auprès de « vrais » jumeaux (monozygotes) est la première à révéler des facteurs de risque génétiques pour la migraine, mais aussi pour le syndrome de stress post-traumatique, confirmant ainsi une vulnérabilité « familiale » pour ces 2 conditions. 2 conditions qui coexistent souvent, sans que jusque-là les scientifiques aient pu expliquer cette concommitance. Ces données, présentées dans la revue Frontiers in Neuroscience, suggèrent en clair une base génétique commune.   En menant cette étude auprès de jumeaux, chez des
Lire plus